ensemble innovons pour les terroirs de demain...
Viticulture Durable  >  Évaluation et amélioration des itinéraires techniques  >  Amélioration

Amélioration des itinéraires techniques

L'amélioration des itinéraires techniques passe par des actions de type réduction de doses d'intrants, comme ECOVITI, OPTIDOSE, MILDIUM.

L'IFV a également mis en ligne une carte de France des risques des maladies de la vigne. La modélisation des risques maladies (Mildiou, Oïdium, Black Rot) est calculée quotidiennement à partir des données de Météo France. Les informations de risques et d'attaques sont données à l'échelle régionale pour chaque bassin.

Optidose
Viti-tracteur

Association de cultures

EcoViti - Prototype d'Amboise

L’objectif de cet essai est de diminuer de 50% l’Indice de Fréquence de Traitement (IFT) appliqué à la parcelle au moyen de différentes stratégies. Grâce à une association de cultures, la pression de cicadelles vertes, très prégnante sur le cépage Cot et d’oïdium, devrait diminuer.

Anagrus atomus, parasitoïde naturel des cicadelles vertes, passe l’hiver sous forme d’œuf fécondé parasité. Or, les cicadelles vertes passant l’hiver sous la forme de femelles fécondées, l'Anagrus atomus présent dans la parcelle meurt à cette période. La présence de rosiers au sein de la parcelle devrait permettre d’héberger des espèces de cicadelles des rosiers. De cette manière, l'Anagrus peut passer l'hiver à proximité des cicadelles vertes à parasiter et ainsi, augmenter le taux de parasitisme afin de maintenir les populations de cicadelles sous un seuil acceptable. 

A. atomus - Photo Gilles Sentenac (IFV)
"La faune auxiliaire des vignobles de France"
Ed. France Agricole 2011
Cicadelle verte

Les espèces choisies pour enherber l’inter-rang l’ont également été afin d’héberger de l’oïdium. Ainsi cela permet à Ampelomyces quiscalis d’être présent sur ces oïdiums et ensuite, de venir parasiter l’oïdium de la vigne. Ampelomyces quiscalis étant également parasite de l’oïdium du rosier, la présence des rosiers a un double effet : favoriser la présence d’Anagrus atomus et celle d’Ampelomyces quiscalis.  

Il s’agit d’une expérimentation à long terme.

La plantation de cette parcelle a été effective en 2012 mais les plants sont encore en phase d’installation. Les rosiers ont été plantés au cours de l’automne 2013. Les premiers comptages d’effectifs et de parasites auront donc lieu courant 2015.

Partenaires techniques : IFV et Lycée Viticole d'Amboise

Contacts :

Guillaume DELANOUE - Ingénieur à l'IFV - guillaume.delanoue(at)vignevin.com

Prototype Ecoviti Amboise - Photo Lycée Viticole d'Amboise

Optidose

Validation du modèle Optidose de l'IFV pour l'adaptation des doses d'anti-mildiou et oïdium

En France, la dose d'homologation des produits phytosanitaires est déterminée pour un volume foliaire maximum et une pression sanitaire importante. En début de campagne, lorsque la vigne est peu développée, les viticulteurs réduisent les quantités appliquées approximativement. Dans le cadre du plan Ecophyto, le modèle Optidose développé par l'IFV permet de quantifier la dose de produit appliquée au volume foliaire et à la pression sanitaire mildiou et oïdium par rapport au stade de la vigne.

En Loir-et-Cher

Dans le cadre des fermes DEPHY du Loir-et-Cher, le modèle Optidose est utilisé à l'échelle de l'exploitation. Des interrogations subsistent en cas de symptômes. Pour pouvoir juger de l'efficacité des traitements même à dose réduite, un témoin pleine dose a été appliqué sur 3 exploitations.

En 2014, année de forte pression mildiou, il y a eu significativement plus de symptômes de mildiou et de black-rot sur feuilles dans la partie Optidose que dans la partie traitée pleine dose mais il n'y a pas eu de dégâts sur grappes hormis sur une parcelle où la pression a été très forte et la qualité de pulvérisation d'un pendillard insuffisante. La réduction des doses appliquées a donné un résultat jugé satisfaisant par les viticulteurs. La pression oïdium a cependant été insuffisante sur les parcelles comparant Optidose et pleine dose. En 2014, l'absence de symptômes d'oïdium ne permet pas de valider le modèle.

En Indre-et-Loire

Optidose pour le Mildiou est testé depuis 2011 en Indre-et-Loire. En 2011, les fermes des lycées viticoles d'Amboise et de Fondettes ont testé avec succès la pratique (années de faible pression). Ensuite ces deux fermes ainsi que huit autres se sont inscrites dans le réseau de fermes de références Dephy. Il s'agit du premier levier qui a été mis en place par les vignerons. C'est le levier qui a mobilisé le plus de fermes (100% des fermes ont mis en pratique au moins une fois Optidose).

L'accompagnement pour ce levier est hebdomadaire depuis 2012 grâce au réseau BSV (Bulletin Santé du Végétal). Un Témoin Non Traité est placé dans chaque ferme du réseau. La visite hebdomadaire de ce TNT sert de lien avec le vigneron engagé dans le réseau et nous permet de vérifier que la pratique d'optidose sur l'ensemble du parcellaire fonctionne.

En 2011, nous avions pu faire jusqu'à 50% d'économie de produit par rapport à des passages 100% Doses Homologuées. Mais depuis 2012, nous connaissons des années pluvieuses à forte pression, l'économie a donc été plus limitée de 20 à 30% en moyenne avec 100€ d'économie en moyenne à l'hectare.

Les résultats depuis 2012, sont très concluants pour Optidose à condition d'être équipé d'un pulvérisateur face par face. Le suivi hebdomadaire nous a permis de valider la pratique d'Optidose chez 8 vignerons sur trois années. Le modèle Optidose est validé pour la gestion du mildiou.

Le modèle pour l'Oïdium a été testé sur deux fermes de l'ouest en 2014 avec 35% d'économie de produits. Aucun problème d'état sanitaire après comptage. Les IDM n'ont pas été sous dosés par crainte des résistances. Seul le soufre a été sous dosé. Les observations sont poursuivies en 2015.

Contacts

Alice DURAND - Conseillère viticole-œnologue à la Chambre d'agriculture du 41 - alice.durand(at)loir-et-cher.chambagri.fr
Adeline MALLET - Conseillère viticole-œnologue à la Chambre d'agriculture du 37 - adeline.mallet(at)cda37.fr   


Modèle Mildium

Modèle de l'INRA visant à réduire le nombre de passages d’anti- mildiou et oïdium : validation sur le vignoble du Loir-et-Cher et de l'Indre-et-Loire

L’objectif de Mildium (modèle développé par l’INRA) est de limiter le nombre de passages contre le mildiou et l’oïdium en se basant sur des traitements obligatoires et des traitements optionnels. Les traitements optionnels sont raisonnés en fonction du niveau d’infestation Mildiou et Oïdium défini par 4 stades d’observations, le niveau de risque local donné par la Modélisation et les prévisions météorologiques.

Vignoble du Loir-et-Cher

Mildium a été testé 3 années sur une parcelle de Gamay avec un historique de contamination oïdium. En 2014 la modélisation MILDIUM a permis une réduction des IFT (Indice de Fréquence de Traitement) de 61 % par rapport à la modalité viticulteur sans perte de récolte. Un anti-mildiou optionnel a été positionné en plus à cause de la pression sanitaire. Il n’y a pas eu de différence significative entre les symptômes sur la partie Mildium et celle avec le programme viticulteur malgré la forte pression mildiou du millésime. En 2013, le gain en IFT a été de 57% sans dégâts sur grappes avec 2 anti-mildious optionnels. Les symptômes de mildiou mosaïque de fin de saison n’ont pas entraîné de retard de maturité. Le modèle Mildium donne des résultats satisfaisants permettant une réduction importante du nombre de passages. Néanmoins sa mise en œuvre est difficile et nécessite un temps d’observation important par un technicien.

Vignoble de l'Indre-et-Loire

Mildium est testé depuis 2011 en Indre-et-Loire sur 4 fermes du réseau Dephy. Le choix a été fait avec les vignerons d’utiliser le protocole Mildium pour maîtriser la lutte contre l’oïdium. Le souhait étant de limiter à 2 passages les traitements. Les parcelles avec un fort historique oïdium ont décroché.

En 2011, Mildium avait été testé au lycée viticole d’Amboise sur une parcelle à fort historique oïdium. La parcelle fut fortement impactée par l’oïdium. Après prélèvement et analyse d’organes touchés, il a été constaté une résistance aux strobilurines. Le protocole comprenait une application avec cette matière active, ce qui explique l’échec de cet essai.

 En 2013, un vigneron du réseau Dephy en AOC Bourgueil a émis le souhait de tester le protocole sur son exploitation. Confiant sur la stratégie et sur le suivi technique assuré par l’ingénieur réseau, il a pratiqué  Mildium en 2013 et 2014 sur 6 ha de son exploitation avec succès (cépage Cabernet franc uniquement). Suite à cela, en 2014, deux autres vignerons du réseau Dephy ont à leur tour mis en place mildium sur une partie de leur exploitation. La même année, trois cépages du département ont été testés : Chenin, Cabernet franc et Cabernet sauvignon. Les résultats ont été encore une fois très satisfaisants pour le Chenin et le Cabernet franc. Le Cabernet sauvignon étant une parcelle à historique oïdium important, l’essai n’a pas fonctionné.

Les essais sont reconduits avec ces mêmes vignerons en 2015.

Contacts :

Alice DURAND-REUMAUX - Conseillère viticole-œnologue à la Chambre d'agriculture du 41 - alice.reumaux(at)loir-et-cher.chambagri.fr
Adeline MALLET - Conseillère viticole-œnologue à la Chambre d'agriculture du 37 - adeline.mallet(at)cda37.fr