ensemble innovons pour les terroirs de demain...
Viticulture Durable  >  Évaluation et amélioration des itinéraires techniques  >  Amélioration  >  Ecoviti

Premiers résultats

Les premiers suivis de parasitisme par Anagrus atomus ont été effectués en 2015. Malheureusement, les résultats sont peu significatifs en raison d’une pression cicadelle très faible dans l’ensemble. Néanmoins, certains éléments sont à retenir :

  • Les taux de parasitismes des larves de cicadelles sont supérieurs dans la parcelle d’étude que sur une parcelle de référence voisine en monoculture
  • Au sein de la parcelle, il semble que ce taux soit plus élevé quand on s’éloigne des infrastructures écologiques bordant la parcelle sur deux cotés (haies, bosquets). Cela pourrait être lié à la présence d’autres hôtes pour les parasitoïdes dans ces infrastructures
  • Une espèce d’Anagrus est présente, bien qu’il semble que ce ne soit pas Anagrus atomus
  • Les ADN de deux cicadelles présentes sur la parcelle ont été séquencés pour confirmer l’identification des espèces. Elles se sont avérées être des Empoasca decipiens (cicadelle présente sur cultures légumières de plein champ) et non des Empoasca vitis. Ces deux cicadelles sont morphologiquement très ressemblantes.

Des travaux ultérieurs permettront de confirmer ces premières constatations. Toutefois, ces premiers résultats confirment la complexité des interactions biologiques et l’apprentissage nécessaire pour s’appuyer sur la biodiversité pour réguler les ravageurs.

Les suivis effectués en 2016 avaient pour objectif d’approfondir la réflexion quant à l’intérêt de l’association de culture mise en place. Lors de la saison, la pression de cicadelle verte est restée très faible, avec un seul comptage à la fin de l’été dénombrant plus de 50 larves pour 100 feuilles. Entre les différentes zones de la parcelle, il n’a été observé aucune différence significative entre les piégeages d’adultes ou les comptages de larves. Les travaux de barcoding sont en cours au laboratoire du CETU Innophyt afin de s’assurer de la présence d’Anagrus atomus et d’estimer le taux de parasitisme. Ces analyses devraient être terminées au cours de l’hiver 2016-2017.

Source : Ecophytopic.fr

     
Anagrus atomus - G. Sentenac- photo extraite de La Faune auxiliaire des vignobles de France Éditions France Agricole, 2011