ensemble innovons pour les terroirs de demain...
Viticulture Durable  >  Évaluation et amélioration des itinéraires techniques  >  Evaluation

Evaluation des itinéraires techniques

Afin d'évaluer les itinéraires techniques, des études sont en cours sur l'ACV (Analyse du Cycle de vie) d'un produit, prenant en compte les différents paramètres de la plantation de la vigne au produit final. Dans le cadre du plan Écophyto, les réseaux des fermes DEPHY participent également à cette évaluation. Pour retrouver celles du Loir-et-Cher, cliquer ici.

La thèse de doctorat de Renaud-Gentié C. est disponible à propos de l'Éco-efficience des itinéraires techniques viticoles.

Réseau DEPHY pour les vignerons du Loir-et-Cher et d’Indre-et-Loire

Fermes DEPHY 41 et 37 : une viticulture économe en phytosanitaires et performante

Les réseaux des fermes DEPHY servent de champ d’essai et de démonstration pour la réduction de produits phytosanitaires. Les viticulteurs engagés dans DEPHY visent à optimiser les traitements phytosanitaires pour maintenir une viticulture économiquement et écologiquement durable. Le référentiel des produits phytosanitaires 2016 est d'ailleurs désormais disponible. L’animation est financée grâce à l’ONEMA.

Fonctionnement du groupe DEPHY

Chaque exploitant du groupe DEPHY a défini ses objectifs personnels pour limiter l’utilisation des produits phytosanitaires :

  • Atténuation : mesures prophylactiques comme l’effeuillage et gestion de la vigueur avec réflexion sur l’entretien du sol
  • Lutte biotechnologique : confusion sexuelle contre tordeuses
  • Lutte biologique : préservation des auxiliaires et utilisation d’agents biologiques (bactéries, champignons)
  • Lutte physique : désherbage mécanique et essai d'argile (répulsif cicadelles vertes)
  • Action sur l’inoculum : enlever les bois de taille sur les parcelles à historique black-rot
  • Optimisation de l'usage des produits phytosanitaires : Optidose, Mildium et choix des produits

 

Les résultats du réseau Dephy montrent une diminution importante en 2014 par rapport à 2008, malgré une forte pression mildiou.

Les pratiques qui ont permis d’atteindre ces résultats dans le cadre des fermes DEPHY portent, dans le cas des fongicides, sur la prophylaxie pour diminuer les anti-botrytis. A cela s'ajoute une viticulture raisonnée par le biais de la modélisation de risques parasitaires, des bulletins de santé du végétal (BSV), de la perception de stades de sensibilité de la vigne et par le réglage des pulvérisateurs (panneaux face/face pour adapter ses doses, réglage de buses…). Notamment, l’adaptation des doses à la surface foliaire permet de réaliser 20 à 50% d’économie.

Dans le cas des herbicides, des effets sont obtenus grâce au travail mécanique du sol, à l’alternance des pratiques (mécanique/chimique) ainsi qu'à l’adaptation et la rotation des programmes. Suite à une journée de démonstration en octobre 2015, le réseau de fermes DEPHY de la Chambre d'agriculture d'Indre-et-Loire a réalisé un compte-rendu sur le désherbage mécanique du cavaillon.

Dans le cas des insecticides, la multiplication des pièges permet de cibler les traitements. Le couple confusion sexuelle/kaolinite a également montré son efficacité.

Contacts :

Alice DURAND-REUMAUX - Conseillère viticole-œnologue à la Chambre d'agriculture du 41 - alice.reumaux(at)loir-et-cher.chambagri.fr
Adeline MALLET - Conseillère viticole-œnologue à la Chambre d'agriculture du 37 - adeline.mallet(at)cda37.fr
Romain BAILLON - Conseiller viticole aux Chambres d'agriculture du 41 et du 37 - romain.baillon(at)loir-et-cher.chambagri.fr